Methode de la voix inspirée - Respiration pour chanteur(se)s et instrumentistes.
 
Rehana Udin
Accueil
Enseignement
Stages - Cours de Chant
Les voix inspirées
Développement personnel
Parcours Artistique
Mise en scène
Opéra Orphée
Créatrice de Costumes
Vidéo - Audio MP3
Liens
Contact
Rehana Udin - methode de la voix inspiree

LES VOIX INSPIREES

Le corps est l'instrument. Le seul capable de donner sens à nos sens. Sans traduction ni interprétation il restitue avec fidélité notre état, le fond de notre âme, nos peines, nos espoirs. Pourtant l'accès à la subtilité de notre corps a été enfoui par trop de savoir, de méthodes intellectuelles et mécaniques, de " modes " d'expression.

Le retour à notre sensibilité émotionnelle et physique demande donc un réapprentissage. Dommage. Mais quel plaisir de les retrouver.

- Posture
- Respiration
- Energies
- Mouvement
- Joie musicale

 

- Posture :

Le squelette en équilibre sur les pieds, n'a nul besoin d'une compensation musculaire. Cette position donne même une sensation de légèreté étrange. Inhabituelle.
Inhabituelle? Certes ; mais cette légèreté permettra au corps de se sentir libre dans ses mouvements. Il est donc primordial de lui apprendre que cette attitude est la bonne. Est bonne même . Prendre le temps de la goûter, lentement, fait gagner du temps sur une recherche musculaire inutile.
En passant en revue tout le squelette, qui n'a pas d'action propre, le souvenir physique de simplicité s'installe.
La colonne vertébrale : soutenue par le sacrum, on en parle beaucoup. Mais c'est surtout ce qu'elle contient qui nous intéresse. : la moelle . Toute contraction musculaire inopportune coupe les sensations d'une colonne vertébrale " entière " . (La paraplégie oblige le corps à compenser musculairement certains mouvements ) En inventant sa cage (vertèbres), en imaginant sa fonction, le transmetteur nerveux, la moelle va se mettre à vivre et à se manifester à tout le corps.
Et le corps sera enfin entier.


- Respiration :

En principe, on sait comment fonctionne le diaphragme. Il fait même très bien son travail. Laissons le donc faire et observons comment le laisser tranquille. En descendant jusqu'au plateau pelvien on se trouve sur une base large, solide et mouvante : sur les hanches pour les mouvements horizontaux et sur les ressorts des jambes pour absorber les mouvement verticaux.
En relâchant les muscles pelviens, l'abdomen tombe en avant créant un appel d'air : INSPIR.
Pour éprouver l'EXPIR il n'y a qu'à attendre que l'air inspiré provoque une envie de le rejeter.
Les muscles pelviens aideront le ventre à s'aplatir. Attendre simplement que l'envie de reprendre l'air se manifeste, donc : lâcher le ventre sans l'action volontaire du diaphragme.
Pour l'instant seule l'observation est nécessaire et primordiale. La phase active vient avec l'intégration de l'énergie.


- Energie :

L'énergie est là où il faut, quand il le faut. Lorsque vous marchez, le corps se met en mouvement vers la bonne direction. Inutile de déplacer volontairement les pieds en regardant s'ils font le bon geste. Bonjour Madame, bonjour Monsieur : la main se tend vers l'autre personne.

C'est un acquis. A l'inspir, une énergie entre ; de préférence jusqu'au " hara " au-dessous du nombril. Jusqu'au plateau pelvien même. En le laissant évoluer dans le bas du corps on peut le sentir. A l'expir, pour une efficacité optimale, cette énergie va être dirigée vers les pieds. Loin sous les pieds. En s'imaginant être un chêne, cette énergie va être dirigée vers les grandes et les plus petites racines. Et comme un grand chêne, la sensation de grandir et ouvrir une grande coupole de feuillage s'ouvrira au-dessus de la tête. On sentira alors que dans ce tronc, fort et long, on sentira la sève monter par la moelle et sortir par le sommet du crâne. (En ouvrant les bras on sentira le soleil, le vent, le cosmos entrer par le feuillage jusqu'aux plus petites radicelles, loin sous la terre).
Il est essentiel de ne pas pousser l'énergie ni vers les racines, ni vers la verdure. Toute tension musculaire pour le moment, ne peut qu'empêcher cette précieuse énergie de circuler librement dans tout le corps au moment du souffle léger de l'expir. Elle sortira même par les oreilles si vous les ouvrez.
Apprenez à votre corps la merveilleuse sensation de liberté. C'est la bonne attitude; qu'il s'en souvienne !
Toutes les sensations fragiles et sensuelles ont été enfouies. Mais elles sont là ; il suffit de les faire renaître, les reconnaitre et les accepter : premier soleil du printemps sur le dos, caresse du vent sur la peau, eau fraiche, les pieds dans le ruisseau, goût de la framboise, du chocolat. Tout cela donne des frissons de bien-être dans le corps entier. Dans le corps; pas dans la tête qui elle, ne fait que se souvenir puis reproduire à l'infini ces instants délicieux, à la demande.


- Mouvement :

Sauf handicap, tous les mouvements sont possibles. Il suffit de les faire. En imaginant que ce sont les os qui changent la forme du corps, d'une position à une autre, ça se fera. Les muscles savent comment y arriver, laissons les faire leur travail. Comme pour la respiration, moins on pense comment le diaphragme " travaille " , moins les tentions bloquent le mouvement instinctif.
Chaque instrument a des positions définies, des mouvements subtils et précis. L'anticipation est donc indispensable. Mais c'est l'anticipation de la sensation de la position suivante qui donne la liberté au mouvement. Il n'est plus nécessaire de le faire, ni d'essayer désespérément de rester souple. La liberté de mouvement vient de la sensation de légèreté du corps. L'énergie qui circule est le moteur du mouvement juste, agréable. Et c'est à partir du sacrum et de la moelle qu'on se sent le mieux bouger.


- Joie :

Ici, la question du plaisir musical est importante. Pour qui, pourquoi joue-t-on d'un instrument, pourquoi chantons-nous ? Soyons honnête : pour notre propre plaisir d'abord. On peut le partager, bien sûr. Et plus on est content, meilleur est le partage.
" L'ouverture " est l'ouverture de soi. Un moyen de s'ouvrir est peut-être la possibilité de recevoir. Une main fermée ne peut recevoir. Mais dès qu'elle est ouverte cela devient possible. Une fois ouverte, on peut même voir ce qu'elle contient. Il en va de même pour notre être. Oser sentir, éprouver des sentiments jusqu'au tréfonds de soi, permet, sans se sentir trahi, de s'exprimer simplement. Pas d'interprétation, de théâtralité intellectuelle, de mode culturelle.
Chacun a droit à son propre sentiment d'un texte musical ou littéraire. Les mots, les notes, les annotations du compositeur nous aident à trouver une solution élégante, dramatique, joyeuse. Les études avec de bons maîtres sont bien entendu indispensables. Mais on ne vient pas entendre un instrument (une exécution) mais une personne et son interprétation. Si elle est crispée, que ce soit par manque de technique ou par peur de déplaire, chacun manque son but : le musicien et l'auditeur. La confiance en soi est de rigueur.
On en revient donc à nos sensations subtiles de posture, respiration, mouvement. Et l'instrument dans tout ça, la voix ? Ils sont là pour nous. Leur chant, leurs sons, leurs phrases nous donnent une énergie constamment renouvelée. Donc au lieu pousser et projeter, cette énergie va rayonner en nous, puis dans tous les sens. Dans tous les sens ; et avec force, douceur, élégance.
Qu'importe. Il suffit en somme de préparer une grande ouverture intérieure/extérieure pour recevoir et partager tous les sentiments du monde.
Ouvrir le nez, les yeux, les oreilles avec l'attention du fennec prêt à bondir, jusqu'au bout de la queue, donne des sensations fortes et instinctives. Rien à reproduire. La moelle recevra toutes les indications nécessaires au bond, au geste. Le cerveau ne fera que déclencher l'action.
C'est simple, jouissif et efficace.

Copyright Rehana Udin - Rue du Château 47260 Verteuil d'Agenais - France - 05 53 88 83 89 / 06 22 29 28 20